Mon actualité

Retour aux actualités

L’augmentation des interventions chirurgicales

Les interventions orthopédiques touchent de plus en plus de monde. Entre pose de prothèses articulaires et arthroscopies, l’activité orthopédique a grimpé de 20% en un an à l’hôpital de la Providence, à Neuchâtel. Les raisons de cette évolution sont multifactorielles, mais principalement liées au vieillissement de la population, à la pratique intensive de sport et à l’amélioration des techniques chirurgicales.

«Il y a une hausse globale de la demande, car la population devient plus âgée et les maladies dégénératives, comme l’arthrose, gagnent en importance»

 indique le Dr Claude-André Manueddu, agréé à la clinique privée en mains du groupe Genolier Swiss Medical Network (GSMN). Potentiellement, 27 000 Neuchâtelois seraient arthrosiques, si l’on transpose à la région des études menées en France sur la prévalence de l’arthrose. En 2014, la Providence a assuré 1400 interventions stationnaires sur l’appareil locomoteur, soit 80% de l’activité cantonale. Ces opérations concernent en premier lieu l’implantation de prothèses de hanches (300) et de genoux (250), et englobent toutes les activités de la chirurgie orthopédique courante : arthroscopies, ostéotomies, chirurgie de la cheville, du pied et de la main.

Au total, le groupe assure 90% de cette activité sur le plan cantonal, avec neuf chirurgiens orthopédistes et deux chirurgiens de la colonne vertébrale agréés à la Providence, et quatre orthopédistes agréés à la clinique Montbrillant, à La Chaux-de-Fonds. Tous les profils de patients sont concernés par ces opérations prises en charge par l’assurance de base. Mais tendanciellement, les maladies dégénératives touchent avant tout les personnes d’un âge avancé, tandis que la traumatologie, liée à des chocs, concerne plus souvent des personnes jeunes et actives. Les rhumatismes inflammatoires, qui détériorent les articulations, entraînent des douleurs et des handicaps. Ils se manifestent à tout âge.

Voir l’article